Deux rapports en relation avec l’usage excessif ou problématique d’internet viennent de paraitre.

Le premier, pdf JAMESfocus 2017 (320 KB), aborde en général ce premier sujet ansi que deux thèmes spécifiques.

Le 80% des jeunes en Suisse adoptent un comportement jugé non problématique sur Internet. Mais que signifie le terme «non problématique»? A quoi ressemble un usage normal des médias? Et un usage anormal? Sur la base de la nouvelle étude JAMES, la Haute école zurichoise des sciences appliquées (ZHAW) a cherché à déterminer à quel moment un jeune se trouve en situation de cyberdépendance, ainsi que ce qui caractérise ces profils.

En rapport aux deux thèmes spécifiques, le premier concerne La durabilité et utilisation des média analyse la vie d’un téléphone portable dans les mains des jeunes et pour quelle raison et après combien de temps, on le remplace. Les questions afférentes sont : De quelle manière on se débarrasse de l’ancien ? Existe-il une manière pour assurer une utilisation particulièrement durable ? Comment sensibiliser les jeunes à ce sujet ?

Le deuxième Jeux vidéo / film / YouTuber, met en relation ces trois types de médias avec sexe, âge, contexte migratoire, région linguistique etc. ; fait une description des jeunes qui jouent à des jeux ou visionnes des films inadaptés à leur âge ; profile les contenus YouTube préférés par les jeunes.

Le deuxième pdf Rapport d’Addiction Suisse sur la consommation d’internet 2017 (1.12 MB) (anglai-allemand-fançais) analyse comment et pourqoui certains individus peuvent utiliser avec excès ou de manière inadéquate ou problématique internet. Il y a plus de vingt ans déjà que des cas cliniques pertinents d’utilisation d’internet sont apparus, ainsi qu'un terme pour désigner un nouveau trouble clinique : "addiction à Internet". L’utilisation croissante et souvent interchangeable des différents termes n’a pas aidé le champ de recherche, mais a flouté deux hypothèses conceptuellement différentes : l’utilisation d’Internet peut conduire à un trouble clinique indépendant versus l’utilisation d’Internet peut avoir des conséquences négatives sans être un trouble. En sus, il n’y a pas de consensus international ou même national sur l’existence ou non d’un trouble d’utilisation d’Internet, ou même si ce serait plutôt un pattern de comportements inadaptés, c.-à-d. une utilisation problématique.Pour cette raison, le présent rapport a été mandaté par l'Office fédéral de la Santé Publique. Son objectif principal est d’arriver avec deux définitions pratiques de l’addiction à Internet d’une part, et de l’utilisation problématique d’Internet d’autre part.

Informations

Vous souhaitez recevoir des informations complémentaires...

N'hésitez-pas à nous soumettre votre demande !

 

Nous contacter